Si notre législation dans son arrêté de protection des reptiles français du 19/11/2007 inclut dans sa liste la tortue mauresque (Testudo graeca spp.), la tortue de Boettger (Eurotestudo boettgeri), la tortue d’Ibérie (Testudo ibera), notre pays, la France, compte seulement 3 espèces de tortues sauvages indigènes vivant dans ses milieux naturels :

L’Eurotestudo hermanni (la tortue d'Hermann)

L’Eurotestudo hermanni (la tortue d'Hermann), notre tortue terrestre présente dans le Massif des Maures et en Corse (cette dernière population se distingue de l’espèce type par des différences génétiques et morphologiques) est en voie d'extinction dans tous ses milieux naturels. Son habitat morcelé s’appauvrit. Il y a aujourd'hui plus de tortues d’Hermann nées en captivité  que dans la nature ! (il en naît des centaines par an chez les amateurs passionnés). L'espèce peut donc être réellement préservée si les pouvoirs publics prennent conscience de l'importance de l'élevage en captivité, surtout dans les milieux associatifs où les techniques sont constamment perfectionnées. L'adhésion des amateurs aux associations est à ce titre une garantie très sérieuse.

ATC et la FFEPT participent à des opérations de protection en région PACA. 

L'Emys orbicularis (la cistude)

L'Emys orbicularis (la cistude), petite tortue aquatique présente dans une grande partie de la France (principalement en Camargue, Corse, Aquitaine, Brenne, Bourbonnais, Sologne…), en voie de régression car liée aux milieux aquatiques qui s’amenuisent. Deux populations principales y sont déterminées, Emys orbicularis orbicularis dans la partie centrale et Emys orbicularis galloitalica au sud. La détention et l'élevage de cistudes par les amateurs est possible aux titulaires du certificat de capacité.

La Mauremys leprosa (l'émyde lépreuse)

La Mauremys leprosa (l'émyde lépreuse), petite tortue aquatique présente uniquement dans quelques points des départements en bordure des Pyrénées de la côte Atlantique à la Méditerranée. Cette tortue est beaucoup plus abondante dans la péninsule ibérique et en Afrique du Nord. Elle est elle aussi en danger dans toute son aire de répartition en raison de l'omniprésence humaine, toutefois elle semble résistante à certaines pollutions. Sa détention est possible aux titulaires du certificat de capacité.

Cistude

Mauremys leprosa